Le palais de Sanssouci

Cette présentation vous permettra de découvrir la petite histoire de cette œuvre d’art gigantesque et de découvrir quelques pièces importantes de l’œuvre architecturale qui attire toujours autant de touristes.

Histoire de Sans-Souci

Le site du Wüsten Berg qui abrite le palais de Sanssouci a été découvert par Frédéric II. Il décida alors d’y ériger sa prochaine résidence en 1744. Il conçut lui-même les plans de cette résidence et les remit à Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff. Cette résidence devait lui servir de cadre pour une retraite intimiste consacré à l’art et aux réunions avec les proches. Et c’est bien après la mort de Frédéric II (au X1X siècle) que le paysagiste Peter Joseph Lenné sera chargé d’aménager le parc. Une version précise que ce palais avait été édifié par Frédéric II afin de montrer que la Prusse n’était pas secouée pour autant par la guerre de 7 ans et avait encore du prestige à en revendre.

Présentation des appartements

Le vestibule du palais est élégant. Il est recouvert de teintes grise et or. Le plafond de cette pièce est une peinture de Johann Harper. La petite galerie du palais conserve dans ses murs des peintures françaises datant du XVIIIe siècle. Ces peintures sont de Lancret et Pater.On retrouve dans la bibliothèque du palais 2200 ouvrages rédigés en langue française. Et des bronzes dorés ornent les boiseries de cèdre.
Le cabinet de travail et la chambre de Frédéric II ont subi des aménagements. On y retrouve désormais des portraits de Hohenzollern et des tableaux personnes qui ont appartenu au vieux Fritz. La salle de concert conserve quant à elle l’art du rococo allemand. On y retrouve des toiles de Pesne sur les Méthamorphoses d’Ovide. Et ce sont les tableaux de Van Loo et Coypel qui décorent la salle d’audience.
Dans la salle de marbre étaient organisés des soupers philosophiques. Le pavement en marbre de Silésie et de carrare et les figures allégoriques en stuc sont particulièrement bien présentés.

Parmi les chambres d’’hôtes, on retrouve une chambre appelée « chambre de Voltaire ». il faut noter que ce dernier était plutôt logé dans le Château de la ville de Postdam. Frédéric-Guillaume y fit apporter par la suite des aménagements.

La galerie des tableaux

Elle a été commencée par Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff. C’est Büring qui pourra l’achever en 1763. Cette galerie est l’un des premiers musées de l’Allemagne. Il était destiné à accueillir les peintures que Frédéric II achetait et rassemeble 124 œuvres.

Les nouvelles pièces

L’ancienne orangerie faite par Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff sera transformée par les soins de Georg Christian Uger pour servir de salle pour les hôtes du roi. Elle est d’une décoration rococo raffinée. On note aussi deux salles importantes : la Galerie d’Ovide et la Salle de Jaspe.

La grotte de Neptune

Sa nymphe est de style baroque. La statue de Neptune a été réalisée par le sculpteur Johann Peter Benkert. On y retrouve aussi des statues de naïades et tritons. Elles ont été réalisées par Ebenhech. A l’époque de Frédéric-F+Guillaume IV, la fontaine n’était pas fonctionnelle. Il ordonna de construire une station hydraulique à Postdam.

Le vieux moulin

Il s’agit du troisième moulin. Il avait été incendié en 1945 et a été reconstruit en plusieurs étapes. Cette reconstruction a commencé à partir de 1983. Ce moulin était installé bien avant que le château soit construit.
La légende raconte aussi que Frédéric Le Grand avait eu un différend avec son meunier. Le souverain avait alors commencé par être importuné par le ronflement du moulin. Il ne put faire partir le meunier. Il perdit le procès contre celui-ci. Ce moulin est alors la marque de la conformité à l’Esprit des lumières : en matière de justice, nul n’est supérieur à la loi. Le roi lui aussi doit se soumettre.

La maison chinoise

Elle a été conçue par Johann Gottfried Büring. On y retrouve de petit cabninets. Ceux-ci s’ouvrent sur la salle ronde. Cette salle est ornée de peintures orientales. Sous le parasol positionné au toit, on remarque la présence d’un mandarin. Les colonnes de la pièce sont faites sous forme de palmiers et des personnages exotiques dorés non figés y figurent aussi. Cette œuvre est immense au XVIII siècle.

L’Eglise de la paix

Elle a été commandée par le roi G+Frédéric-Guillaume IV en 1845. Elle devait être réalisée par l’architecte Ludwig Persius et devait présenter le lien entre l’Eglise et le Trône. Les plans de cette œuvre ont été achevés par Friedrich August Stüler et c’est finalement Ferdinand von Arnim et Ludwig Ferdinand Hesse qui auront la responsabilité de conduire les travaux. On est frappé par les points comuns que cette Eplise présente avec celle de Heilandskirche de Sacrow qui était aussi une œuvre de Persius en 1844. L’Eglise sera après 3 ans de travaux consacrée à la paix. Elle ne sera achevée qu’en 1854.

Le Mausolée de Frédéric III

Ce mausolée a été construit par Julius Carl Ratschdorff qui avait construit la cathédrale de Berlin. Ce mausolée a été inspiré de l’Eglise Heilig-Grab-Kapelle. On retrouve des sarcophages de l’empereur Frédéric III et de Victoria, son épouse sous la rotonde.

architecture palais sans soucis

Monument à voir le palais sans soucis

Palais berlin sans soucis

Palais sans soucis

Les nouveautés pour votre visite à Berlin